S’il y a bien un truc que j’ai remarqué en parlant avec les parents autour de moi ainsi qu’avec les questions que j’ai reçues, l’avion avec bébé et/ou de jeunes enfants c’est stressant et demandant. On veut aussi et surtout être bien préparé pour pouvoir faire face à tout lors de cette grosse journée.

MON EXPÉRIENCE

Selon mon chum et moi, l’avion, c’est vraiment le truc le moins le fun du voyage quand on a des enfants avec nous. C’est contraignant, long, restreignant, pénible, difficile et re-long. Surtout, quand tu fais comme nous, et que tu ne prends pas de siège pour tes enfants en bas de 2 ans (car c’est ‘gratuit’ pour eux avant cet âge si tu les assois sur tes genoux). Comme on se dit ici, on aura le reste de leurs vies #TravelAddict, à devoir leurs acheter des billets d’avion. Profitons donc du fait que c’est (presque) gratuit pour les de 2 ans et moins quand ils sont assis sur nos genoux.

Je dis presque gratuit car en bas de 2 ans, avec les expériences que nous avons vécues, il y a toujours eu au moins un frais administratif de 30 à 50$ par enfant. #BonÀSavoir

Maintenant aussi, disons-nous-le, comme j’ai fait mes bébés collés, lors de nos 2 derniers voyages en avion,  les 2 enfants avaient en bas de 2 ans. Nous avions ainsi CHACUN un enfant sur les genoux pendant tout le vol. C’était intense. Mais tsé c’est quoi 4h de schnout en avion pour 2 semaines de plaisir en vacances en famille. 😉

De notre côté, nous avons eu l’expérience d’avoir seulement un bébé en avion avec nous quand nous étions allés 1 mois en Italie avec Téo, qui avait alors 6 mois. Nous avions alors pris à ce moment le ‘berceau’ qui s’accroche au mur et que certains transporteurs offrent. Je t’en parle justement dans cet article : Trucs pour voyager avec un bébé ou un jeune enfant . Nous avons ensuite vécu l’expérience de 2 enfants en bas de 2 ans, en avion avec nous.

Sincèrement, le degré de difficultés s’élève avec le nombre d’enfants et aussi, lorsque l’enfant est un toddler je crois. Il ne comprend pas encore tout à fait tout. Notre autorité n’est pas encore toujours bien campée (l’est-elle vraiment un jour ? #Jexagère 😉 ). Mais la crise de bacon est plus proche et rapide quand l’enfant a 2-3 ans, que lorsqu’il a 9-10 ans. Bon maintenant qu’on a campé les personnages #haha, voici mes trucs que j’utilise dans l’avion avec bébé et de jeunes enfants, ainsi que ce que j’apporte avec nous dans nos sacs pour l’avion.

MES TRUCS

Je mets toujours un rouleau de papier de toilette dans notre sac pour l’avion. Plusieurs aéroports n’ont pas de papier de toilette #Yep #Yeurk. De même, ça permet de moucher/ramasser un truc qui traîne par ici et par là.

Aussi, nous on aime beaucoup le portage, autant pour bébé que pour notre 2 ans. Donc, nous traînons toujours les 2 portages avec nous dans l’avion. Utile pour dans l’avion comme pour l’attente à l’aéroport. Ça peut désamorcer une crise, en endormir un autre ou simplement réussir à traîner tout le monde entre l’embarquement, où le transporteur doit prendre ta poussette, et le moment où on est vraiment assis dans nos sièges.

Bien sûr, il te faut aussi quelques produits, en cas de maladie. Je pense à de l’ibuprofène et de l’acétaminophène pour enfants. De même les carnets de santé et cartes d’assurance maladie suivent dans le sac d’avion.

J’apporte aussi un rechange par enfant pour l’avion et le nécessaire en linge pour enfants (et pour nous aussi) pour ‘survivre’ 2 grosses journées. Ça c’est à si jamais la valise en soute, qui contient tout notre nécessaire, ne prendrait pas le même avion que nous. Tu vois le genre. Nous aurions donc au moins un minimum pour ne pas porter le même linge 3 jours de suite, le temps que le transporteur puisse nous retransmettre nos valises. Dans le même ordre d’idées, si tu t’en vas dans un pays très chaud, mets au moins le chapeau de soleil, les costumes de bain et les sandales de tout le monde. Comme ça, encore là, vous allez ‘survivre’ agréablement jusqu’à l’arrivée de votre gros bagage, si jamais celui-ci se perd.

Dans mon pack-sac de survie ;), j’ajoute aussi 1-2 débarbouillettes et 1-2 bavettes pour les enfants.

POUR BÉBÉ PARTICULIÈREMENT 

Comme j’allaite (et que j’ai allaité tous mes bébés), pour ma part le sein a sûrement joué un grand rôle dans la ‘facilité’ de prendre l’avion avec un bébé. Pas de biberon, pas de lait commercial à apporter, pas de souci de faire chauffer et rien à nettoyer. En plus, mes seins sont toujours à la portée pour prendre une petite gorgée lors du décollage et de l’atterrissage. Car ce sont des moments qui peuvent donner mal aux oreilles aux enfants. Mais on ne stresse pas, car un biberon d’eau, de lait ou encore une suce peut jouer le même rôle et réussir à déboucher les oreilles.

Ensuite, ce n’est pas très compliqué car un bébé s’amuse et s’occupe avec tout. Donc un simple papier, une bouteille d’eau ou tes mains sauront le divertir. Et ça c’est quand il ne dort pas, grâce au vrombissement de l’avion qui fait un peu comme dans l’auto. J’aime bien traîner les doudous des gars dans l’avion, comme source de réconfort, et ça sert de couverte car je trouve qu’il fait souvent froid dans les appareils.

Aussi, dans nos sacs, je mets toujours assez de couches et de lingettes pour pouvoir survivre 3 jours sans ravoir mes gros bagages. Si tu vas dans un pays où ces 2 items peuvent être difficiles à trouver #AllôCuba et que le transporteur perd ton bagage en soute, you know que ça peut être long les journées avec pas assez de couches. De même, ton vol peut avoir du retard, ce qui fait que tu vas peut-être passer plus de temps à l’aéroport que tu l’aurais pensé et donc plus de temps à devoir gérer ta marmaille avec le peu de couches que tu auras mises dans tes sac à dos d’avion. Et tu ajoutes à ça un piqué car les tables à langer ne sont pas toujours disponibles et/ou sales.

POUR JEUNES ENFANTS

Bon maintenant, pour Téo, nous avons apporté beaucoup de collations. #FoodieCommeSaMère 😉 Mais plus sérieusement, ça occupe bien gros. Et ce n’est habituellement pas un problème de traverser de la nourriture aux frontières des aéroports. Nous avons toujours traîné des produits du commerce comme des barres tendres emballées individuellement, des laits de soya/jus en boîte et des pochettes de fruits en purée. Avec ça, et ce que tu peux acheter dans les avions, tu devrais être en business.

Nous apportons aussi des petits jeux/jouets comme des crayons de cire (que je préfère car pas besoin d’aiguiser et pas de marque indélébile si jamais ça dépasse), petites voitures, collants, carnet de notes dans lequel l’enfant pourra coller les collants et dessiner ainsi que quelques bonhommes/marionnettes de doigt.

De même j’apporte des tatous. Une débarbouillette mouillée et tous ses bras deviennent autant de possibilités pour coller un de ces petits chefs-d’œuvre ;). Effet de surprise et une bonne dizaine de minutes d’amusement garantie. En plus le tout ne prend pas de place et c’est aussi un bon ‘jeu’ pour tout le voyage.

Des écouteurs nous ont aussi été bien pratiques pour Téo. Il aime beaucoup la musique et souvent il y a une dizaine de chaines de musique disponible pour écoute, à chaque place dans l’avion. Ça l’a occupé une bonne demi-heure d’avoir les écouteurs sur les oreilles ainsi que de pouvoir changer les postes par lui-même.

Ensuite, comptines, pointer les parties de son corps et compter sur nos doigts sont autant de choses qui font partie de l’occupation routinière en avion avec un jeune enfant.

Et finalement, nous avons notre bouée de sauvetage pour les cas extrêmes. À la maison, de notre côté c’est interdit encore pour Téo de toucher à nos cellulaires et tablettes. Mais en avion, nous avons été plus permissifs de ce côté. En plus, comme c’est quelque chose qu’il n’a jamais, dans les moments où nous lui avons permis dans l’avion (entendre qu’on avait épuisé tous nos trucs #lol) il a été sage comme une image!

Un autre de nos trucs de dernier recours, des bonbons. Ben oui.! Mais on ne les sort qu’en dernier-dernier recours #Relol. Pour notre part, à 1 ou 2 moments dans l’avion, c’est devenu presque infernal. Téo était clairement tanné d’être assis et fatigué (et pour économiser nos pauvres voisins) nous avons sorti des rouleaux de bonbons Rocket. Écoute, le party était pogné et ça a redonné la bonne humeur à tout le monde. 😉 En plus ce n’est pas salissant, il y a ‘’beaucoup’’ de bonbons dans chaque rouleau et ce n’est pas trop dangereux côté étouffement.

Comments(2)

  • Camelie
    11 janvier 2019, 1:00 pm  Répondre

    Waw , vraiment inspirant comme publication!! J’avais des petits papillons à lire ton vibe! Nous nous sommes deux mamans avec deux jumelles de 3 mois ! On pars pour la Floride lundi et en mars à Hawaï ! J’ai trop hâte de vivre l’expérience !

    • Sparks and Bloom
      14 janvier 2019, 2:07 pm

      Aah wow! Merci beaucoup pour le commentaire et merci de nous suivre! Bon voyage!

Leave a Comment

Suivez-nous!