Et si c’était mieux ailleurs ?

Texte de Pauline Viaud

Parfois on a marre alors on a envie de changement, on pense que la vie sera meilleure ailleurs.

Pour ma part, lorsque j’ai commencé à voyager, je ne fuyais aucune situation, mais j’avais envie de voir autre chose, sortir de mon quotidien.

J’ai découvert de beaux paysages et rencontré des gens extraordinaires, dans une trentaine de pays. Mon voyage le plus marquant est mon départ seule pour l’Australie. J’avais besoin de ce temps, de cette aventure, je savais que je pouvais le faire.

Mais surtout, je me suis rencontrée ! Et à partir de là, j’ai pu me rendre compte que j’étais bien partout !

DÉCOUVRIR

On idéalise ce qu’on ne connait pas, parce que la plupart du temps, lorsqu’on voyage, on est en vacances, on profite donc quelques semaines de ce que la destination a de meilleur à nous offrir. Vivre dans un autre pays, c’est se rendre compte qu’il y a des avantages et des inconvénients partout. Lorsqu’on travaille, qu’on soit à Paris ou à Sydney, il y a forcément des contraintes.

D’ailleurs je n’ai jamais autant réalisé à quel point j’aime ma région, ma ville, Nantes, et mon envie de connaitre la France, l’Europe, que depuis que je suis partie à l’autre bout du monde !

TESTER

Le Programme Vacances Travail permet aux jeunes des pays partenaires de travailler, et souvent d’essayer de nouvelles choses, apprendre de nouveaux métiers.

Cela peut être un nouveau départ, ou l’occasion de suivre une vocation qu’on avait oubliée/mise de côté. En tous cas, travailler à l’étranger c’est sortir de son cadre de vie habituel. Le Canada et l’Australie ont l’habitude de cette nouvelle main-d’œuvre, parfois non qualifiée, et ce sont des pays où la mentalité professionnelle est différente de celle de la France : on donne la chance à ceux qui se présentent, même sans qualification ou expérience.

Je parle de cette mesure que je connais, mais pour les Français il y en a d’autres comme le Volontariat International à l’Étranger (VIE) ; pour les fonctionnaires : une mutation dans les territoires et départements d’outre-mer…

SE CONNAITRE

Tout cela permet surtout de comprendre qui on est, ce qu’on veut, quelles sont nos valeurs. Dans notre pays d’origine, on a grandi pour aller à l’école, travailler, puis s’installer, dans l’idéal avec conjoint, et ensuite il faut avoir des enfants. Lorsqu’on s’écarte de ce schéma, on se rend compte que tout est possible, et qu’on n’est pas obligé de suivre ce programme, et encore moins dans l’ordre. On peut s’en écarter, oser, tenter, partir, revenir…

Ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans d’autres pays, c’est ouvrir les yeux sur ce qu’on nous demande inconsciemment de faire dans le nôtre.

J’ai grandi en France, passé un an en Australie, 6 mois en Guyane, et je suis depuis 7 mois maintenant au Canada. J’observe attentivement ce qui se passe autour de moi, comment les gens vivent, comment ils travaillent, quelle éducation donnent-ils à leurs enfants, quelle place est accordée à l’épanouissement personnel …

REPRODUIRE, OU PAS !

Mon intention est de comprendre tout cela, et faire un mix de ce qui à mes yeux est le plus important, pour reproduire ce qui me parle, à l’endroit que je choisirai.

Cela sera probablement en France, mais mes projets d’avenir seront, je l’espère, enrichis de toutes ces expériences.

Alors non, ce n’est pas mieux ailleurs, c’est différent.

C’est mieux là où tu as décidé d’être ?

1 commentaire
  1. Coucou,merci d’avoir partagé ce que tu ressens. Et je me retrouve un peu en toi.
    Il faut oser ,tenter de nouvelles expériences et découvrir qui nous sommes et de quoi nous avons besoin pour être heureux.
    Moi aussi quand je pars dans un nouveau pays, j’essaye de voir,de comprendre comment les gens y vivent. Et comme tu le dis très bien : ce n’est pas mieux ailleurs ,c’est différent!
    Bonne continuation à toi! ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Tu pourrais aussi aimer