Ode à nos bedaines post-grossesse ; Quand du jour au lendemain elle semble maintenant déranger

On passe l’entièreté de notre grossesse à se faire dire comment est-ce qu’on est belle avec notre grosse bedaine ronde. Au fil des mois elle grossit de plus en plus et je me retrouve à la flatter, à lui parler, à l’adorer. Bébé de l’intérieur m’envoie même des petits coucous, qui deviennent de plus en plus forts. Et puis, ensemble on se rapproche, toujours avec cette belle bedaine qui fait que je peux te sentir grandir et te garder en sécurité.

Vraiment, elle est toute ma vie cette bedaine et ce qui s’y cache à l’intérieur. J’ai plus que hâte de te rencontrer, de te voir la binette et puis le jour J arrive. Mon ventre me donne toute la force pour t’aider à sortir à l’aide de grandes contractions. Une belle force naturelle que mon corps nous offre à nous deux afin d’arriver à la grande rencontre.

Puis, tu es déposé sur ma poitrine et c’est celle-ci qui prendra le relais de te nourrir pour la prochaine année. Je continuerai de te voir grandir de l’extérieur et je pourrai même t’admirer pendant que tu te nourris à mon sein. Te voir devenir de plus en plus fort, gagner ton indépendance peu à peu, te voir devenir une petite personne à l’extérieur de ma bedaine. C’est beau.

MAINTENANT VIDE ET MOLLE

Mais, on a oublié de me parler des dessous de tout ça. Ma belle bedaine, celle qui aura été ta maison pendant plus de 40 semaines, 10 mois, sera maintenant vide, molle et pour ne pas dire pas très belle. Elle est belle, parce qu’elle a porté mon petit miracle, mais en soi elle n’est pas la plus belle chose que j’ai vue.

Et soudainement, je ressens que ma bedaine a expiré. Elle n’est plus d’actualité. Elle devrait être « perdue », tsé être retourné à la « normale ».

Mais voilà, ça fait déjà quelques mois que tu es sorti et elle est encore là. Avec son extra de peau, ses petites poignées d’amour et toutes ces imperfections qui la rendent parfaite en soi pour moi, parce qu’elle a été ta maison. Mais j’ai par contre l’impression qu’aux yeux de certains, elle ne devrait plus être là.

LES GRANDS QUESTIONNEMENTS

Et me voilà, à me demander pourquoi du jour au lendemain sa beauté a expiré.Pourquoi est-ce qu’elle devrait disparaître si rapidement ?! Elle a quand même pris près de 10 mois à avoir cette forme.

Pourquoi, est-ce qu’on n’admire pas autant ma bedaine aujourd’hui qu’il y a quelques mois?  Son travail et ses efforts restent les mêmes, vide que pleine.

Et en fait, pourquoi est-ce que je me laisse me faire mettre autant de pression pour redevenir la femme que j’étais « avant » ?! Ça vient d’où tout ça?

Pis j’ai le droit aussi de m’enlever cette pression, un peu comme je l’ai fait pendant la grossesse lorsque j’ai accepté que cette bedaine allait devenir grosse. Je peux accepter ce beau corps post-grossesse, admirer mes plis de peau, ceux qui ont alimenté mon enfant pendant des mois et qui continuent encore de le faire, ne l’oublions pas.

ME LAISSER LE TEMPS

D’ailleurs, savais-tu que le corps de la femme enceinte accumule facilement les kilos en cas de famine post-grossesse ? Ces petits plis d’amours pourraient donc servir de nourriture à mon enfant si jamais j’en manquais moi-même. C’est bien fait tout ça non?

Il est bien fait ce corps, je dois seulement apprendre à lui laisser le temps, à le respecter.

Mais aussi apprendre à me laisser le temps à moi, à m’enlever cette pression mentale, mais surtout à bloquer tous ces commentaires comme quoi ma belle bedaine semble maintenant chose expirée et qu’il faudrait que je la fasse disparaître par magie du jour au lendemain.

Alors, à toi ma belle bedaine, j’aimerais te dire merci d’avoir été la maison de mon bébé d’amour. De lui avoir permis de se développer, de m’avoir permis de créer un beau bébé de 7 ½ lbs. De me donner la force de le nourrir encore tous les jours.

Mais surtout je tiens à te dire que je te trouve belle. Tu es unique, tu m’as permis de réaliser un de mes plus grands rêves, celui de devenir maman. Dans mon cœur à moi, tu n’expireras jamais, ton miracle sera toujours d’actualité, peu importe ta forme, tes kilos en trop ou en moins et tes plis d’amour.

« La beauté est dans l’œil de celui qui regarde. »

Pis dans mes yeux à moi, il n’y a rien de plus beau que ce miracle de la vie. Merci de m’avoir permis de le vivre, maintenant je te laisse toute la place, celle que tu mérites, parce que jamais au grand jamais tu ne mérites qu’on te mette la pression de redevenir « comme avant », pas au jour J, pas à 3 mois, pas à 1 ans, juste jamais. Tu es belle.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Tu pourrais aussi aimer