Le zéro déchet chez toi : petit guide pour débuter

Texte de Anouk Lauzon Groleau

On entend beaucoup parler depuis déjà quelque temps du zéro déchet et c’est vraiment une tendance de plus en plus à la hausse avec le confinement je trouve!

Tout le monde est devenu un expert, ou encore veut se lancer dans la tendance du zéro déchet! Ça devient difficile de s’y retrouver, savoir par où commencer… C’est pourquoi je te fais ici un petit guide pour t’aider à t’y retrouver, démystifier la tendance et peut-être même te permettre d’accueillir quelques habitudes à travers ton quotidien.

CE N’EST PAS UN BUT À ATTEINDRE

Première affaire, enlève-toi la pression de devoir être parfait et ne plus jamais produire ni consommer le moindre produit sans faire un déchet: C’EST IMPOSSIBLE.

La planète elle-même produit des déchets et ton propre corps produit aussi des déchets. #YouKnow

On parle de zéro déchet dans le sens où l’on transforme les produits de façon à ce qu’à la fin, ce qui sera inutilisé puisse servir à faire autre chose, et donc, pas nécessairement finir au dépotoir.

Par exemple; les parties inutilisées de tes fruits et légumes que tu mets au compost, qui serviront à faire pousser de prochaines cultures; c’est le principe de l’économie circulaire (si c’est un sujet qui t’intéresse, je te conseille fortement d’aller lire sur le sujet!).

Il faut aussi prendre en compte la réalité de chacun : une famille de 4, avec les enfants qui vont à l’école et les parents qui travaillent; à moins de sacrifier leurs santés mentales, personne ne peut leur demander de ne sortir qu’un sac noir (ou moins!) par 2 semaines… d’autant plus si tu n’as pas la chance que ta municipalité offre le compost!

La philosophie du zéro déchet est très simple : prioriser l’utilisation d’objets durables  et les utiliser jusqu’à leur fin de vie afin de limiter son propre impact écologique au mieux de ses capacités.

Je te rassure, c’est plus simple qu’il n’y parait!

EST-CE QUE C’EST VRAIMENT UNE ÉCONOMIE D’ARGENT?

Dépenser une fortune dans les mouchoirs lavables, les essuie-tout réutilisables, les pots pour le vrac, les vêtements durables, ustensiles en bambou et tout le tralala…
C’est la meilleure façon de te décourager rapidement en plus de dilapider ton compte en banque. Si tu tiens à te munir de certains articles portant la cote zéro déchet, tu peux tout à fait!

Par contre; si tu veux sauver ton portefeuille de la débandade totale, je te rassure : tu as déjà ce qu’il faut chez toi pour commencer. Sans rien débourser.

Le truc ultime, il est simple : utilise ce que tu as déjà! C’est le principe même du zéro déchet, réutiliser!

Comment?

Simple! Voici quelques exemples!

MOUCHOIRS ET « RAMASSES-TOUT » RÉUTILISABLES

Tu as probablement chez toi un vieux T-shirt (peut-être plus) que tu gardes juste pour quand tu fais des travaux ou de la peinture… quand l’as-tu utilisé pour la dernière fois bien franchement 😉 ?

Ou encore de vieux chandails à ton chum qui ont fini leur vie depuis longtemps et qui agonisent à chaque fois qu’il les porte, mais lui te dit qu’ils font ben la job…c’est le temps de leur donner une nouvelle vie, utile de surcroît!

Découpe-les de la grandeur que tu voudras, pour en faire des mouchoirs que tu mets au lavage par la suite (sans contact pour celui qui lave le linge!) ou encore pour en faire des ‘’ramasse-tout’’ (essuie-tout que tu ne jettes pas, héhé!) que tu pourras réutiliser au besoin!

ÉPONGES TAWASHIS RÉUTILISABLES

Tu peux faire des éponges tawashis aussi. C’est très simple et ça te permet d’utiliser tes bas troués ou ceux qui ont perdu leurs moitiés depuis trop longtemps (il y a plein de tutos faciles sur internet!).

POTS POUR TON VRAC

Besoin de pots pour commencer à faire une épicerie en vrac? Regarde dans ta récupération, si tu peux récupérer tes pots de sauces/yogourt et, etc., ou demande aux gens autour de toi de garder les leurs.

POUR LES VÊTEMENTS

Pour les vêtements durables : en bambou, fait de plastique recyclé et autres exemples ; c’est vrai que c’est une belle initiative et une belle option. Par contre, il demande la production de matériaux neufs et une consommation d’énergie pour chaque morceau créé. Et, entre toi et moi, ça coûte très cher!

L’option que je te propose; les friperies. Ce sont des morceaux qui existent déjà et c’est extrêmement abordable. En plus, il y a beaucoup de friperies qui sont à but non lucratif et donc qui redonnent à la communauté l’argent amassé. Un superbe 2 en 1.

On s’entend, rien ne t’empêche d’acheter durable, ça reste mieux qu’au centre commercial. Tu peux peut-être acheter certains morceaux dans un style classique, donc indémodable (par exemple, un manteau de printemps) et en prendre soin pour qu’il perdure dans le temps, voire même peut-être les donner à tes enfants quand ils seront plus vieux.

LES USTENSILES

Même principe pour les ustensiles en bambou : c’est très tendance et ça a l’avantage de venir d’une plante qui pousse vite et d’être compostable. Mais pourquoi pas, plutôt que de dépenser là-dessus, prendre des ustensiles en métal de chez toi et tout simplement les glisser dans ta sacoche?

En plus d’utiliser des objets que tu as déjà chez toi, tu n’encourages pas la production de nouveaux produits. Oui, ils ont un meilleur impact après utilisation que nos classiques ustensiles argentés, mais ils demandent la consommation de nouvelles ressources; tes ustensiles sont déjà là et en ont déjà consommé : pourquoi ne pas les utiliser jusqu’à la fin de leur vie?

 

PENSE SOLIDE

Pense solide aussi! Savons solides, shampoings solides– car ça, ça veut dire que ça n’a pas besoin d’un contenant, donc moins de déchet … Plusieurs compagnies en proposent pour tous les goûts et toutes les odeurs.

 

FAIT MAISON

Pense fait maison! Avec le confinement, beaucoup se sont remis au fourneau. C’est peut-être le moment d’apprendre à faire ton propre pain, ou si tu n’es pas prête à passer à cette étape, tu peux commencer par faire ta propre compote. Les enfants peuvent même y participer et ils seront très fiers de manger la compote qu’ils ont faits eux-mêmes (en plus d’être 100x meilleure pour leur santé que des craquelins ou des barres tendres).

 

PAR OÙ COMMENCER?

Le plus simple ce sera pour toi, le plus facile ce sera de garder les bonnes habitudes. J’ai commencé moi-même par visiter fréquemment une épicerie en vrac avec mes propres plats et porter attention à prendre des fruits et légumes sans sacs.

J’ai ensuite acheté du savon en barre pour le corps et un rasoir de sûreté. C’est un rasoir en inox dont tu n’as qu’à changer la lame une fois de temps en temps, plutôt que de devoir changer le rasoir au complet.

Par la suite, les mouchoirs lavables ont fait une entrée chez moi. Je n’étais pas convaincue, car il faut quand même une bonne quantité, surtout en temps de rhume, mais j’ai fini par les adopter.

La coupe menstruelle a aussi fait son entrée dans ma vie et je te jure que je ne m’en passerai plus jamais!

Regarde près de chez toi : un peu partout, de petites entreprises ouvrent leurs portes et te proposent des produits faits main et locaux, si tu ne veux pas te donner le problème de les faire toi-même.

Le plus important dans ta démarche, c’est d’y aller à ton rythme, de penser réutilisation avant consommation et de prendre plaisir dans le processus. C’est économique, meilleur pour ta santé et celle de la planète et ça permet d’encourager des entreprises locales, bien de chez nous!

Alors, à quand le zéro déchet chez toi?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu pourrais aussi aimer