Texte de Valérie Goulet

As-tu déjà essayé de te déconnecter? Je veux dire vraiment?

La semaine dernière j’ai pris la résolution de me débrancher complètement de Facebook.

Voici comment ça s’est passé.

FACEBOOK CET INDISPENSABLE?

Premièrement, j’ai écrit un statut en mentionnant que je quittais le navire pour une semaine. Au départ je me suis dit que je ne devrais pas faire de publication à ce sujet, mais bon comme toutes mes communications (ou presque) avec mes amis et ma famille se passent souvent sur ce réseau, si quelqu’un m’envoyait un message et qu’il restait sans réponse, ce serait un peu impoli.

Midi tapant j’avais mis à exécution ma résolution. En fin de journée, en allant vérifier mes courriels, je me suis rendue compte que j’avais 9 messages en attente sur Facebook! Je n’en ai jamais eu autant. Je décide donc en soupirant de me reconnecter pour les lire. Le premier message que je reçois c’est un ami qui me demande si je vais bien et qui me dit et je cite « t’es donc ben spécial! Pourquoi tu te débranches? »

Bon…. En plus de vouloir me débrancher je me le fais « reprocher ».

Insérer ici l’émoji « roll eyes » x 100 !

Les autres messages que j’ai reçu c’est « Hé ben! Donnes des nouvelles à ton retour ».

J’ai eu aussi des messages concernant des articles que j’ai en vente sur le Marketplace. Je réalise malgré moi que si je veux vendre mes articles, il faudra bien que je reste en ligne.

Fail.

Je n’aime pas tourner le dos à mes résolutions et engagements. Et si je le fais c’est que j’ai une bonne raison. Voilà, je resterai connectée les deux jours suivants pour donner des rendez-vous pour mes articles à vendre. Je resterai « low profile » sur le fil d’actualité habituel.

POURQUOI JE DÉCONNECTE

Une des raisons pour lesquelles j’ai tenté de me débrancher pendant une semaine, c’est que personnellement je t’avoue que je trouve Facebook pas mal redondant. Le négativisme qui se retrouve dans mon fil fait de plus en plus ombrage aux partages de bonnes nouvelles.

J’ai toujours aimé garder contact avec les gens, et Facebook était (oui était) un bon outil pour le faire quand j’ai créé mon compte en 2009.

À mes débuts, tous mes amis Facebook ne se gênaient pas pour partager des petits albums de leurs plus récents voyages, nouveaux restos essayés, nouvelles coupes de cheveux, des photos de cafés, de bouffe … Et alouette! Et je faisais partie du lot.

Maintenant, si on partage trop, j’ai l’impression qu’on se fait catégoriser de narcissique.

Et bien malgré moi je me détache de plus en plus du virtuel amical car il devient lui aussi de plus en plus froid.

J’aime beaucoup plus avoir une vraie connexion avec une personne réelle. 😉

Et toi?

ET IL Y MAINTENANT INSTAGRAM

Je ne vois pas ma déconnexion d’une semaine comme ratée malgré les quelques connexions que j’ai dû faire par « obligation » au bon roulement des autres sphères de ma vie. Ça m’a tout de même permis de m’arrêter et de réfléchir à tout ça.

J’ai aussi décidé de concentrer mon activité « sociale » plus sur Instagram. Je trouve qu’il a beaucoup plus de d’inspirations et de trouvailles à faire sur Instagram que chez son acolyte Facebook.

Oui Instagram se fait souvent pointer du doigt pour ne montrer que le « faux » et le beau. Mais si tu suis les bons comptes, les bonnes personnes, ça peut être une toute autre chose. C’est donc à toi que reviens la décision de suivre les bonnes influences… Ou non.

Bonne connexion!

Comments(1)

  • Elaine Boucher
    21 octobre 2018, 5:31 pm  Répondre

    Merci pour cet article Valérie! J adore te lire! C est toujours d actualité et on s y retrouve soi-même. Eh oui, bonne question: pourquoi se déconnecter de facebook? J avoue que je pense identique à toi. Avec le temps, on comprend que le virtuel est banal. Voila, l équilibre sur facebook est ma devise!

Leave a Comment

Suivez-nous!