Donner naissance à un bébé en temps de pandémie

Ou comment rendre un évènement heureux tellement plus stressant qu’il ne doit l’être?

Ouin, on m’a appris il y a quelques semaines que j’allais donner naissance à mon bébé tant attendu en temps de pandémie. Ça veut dire quoi ça?

Eh bien, pas de visiteur à l’hôpital ainsi qu’à la maison. Pour certaines ça veut aussi dire accoucher seule. Ça veut aussi dire beaucoup plus d’angoisse qu’une grossesse normale, car peur que bébé puisse attraper ce gros virus et pas vraiment non plus de données sur les conséquences possibles que ça pourrait avoir sur le poupon s’il en tombe malade.

Ça veut aussi dire que je vais devoir accoucher en portant un masque, que la sage-femme sera habillée en cosmonaute et que je devrai faire le plus de travail possible à la maison puisqu’on m’accordera l’entrée à l’hôpital que rendu à 8 dans mon travail.

Ça veut aussi dire que moi – et toutes les mamans en devenir – n’auront pas accès à toute l’aide que l’entourage pourrait apporter à la nouvelle famille.

ET ÇA VEUT AUSSI DIRE D’AUTANT PLUS DE STRESS SUR MES ÉPAULES

Je suis dans une situation délicate à la base même sans pandémie… Je t’explique.

Mon mari à un emploi très demandant pendant l’été. On l’a toujours su et on a toujours espéré que notre petite bundle of joy n’arrive pas pendant cette saison. Mais tu sais autant que moi qu’on ne contrôle pas le moment où on va concevoir. C’est donc ainsi que je donnerai naissance exactement dans le début de rush de travail de mon petit mari. Yep…

Alors à la base, on savait que d’avoir un bébé proche de juin était un gros risque pour nous, puisque malheureusement je ne pourrai pas avoir le support de mon mari.

L’été il peut travailler plus de 80 heures par semaine. C’est un fait et j’ai toujours su que ce n’était pas quelque chose sur laquelle j’avais le contrôle.

#RESTEZCHEZVOUS ; PAS TOUJOURS SI SIMPLE QUE ÇA

Mais dans un monde normal, avec une famille au Québec, qui peut prendre l’avion et voyager, j’allais possiblement avoir de l’aide pour m’occuper de bébé.

Mais qui dit pandémie, dit aussi tous plans de voyage à la poubelle. Donc à notre grand désespoir et à celui de ma famille du Québec aussi (parce qu’ils ont bien hâte de rencontrer bébé) bien ça veut dire que ma famille ne peut plus venir nous voir – et m’aider.

J’ai la chance d’habiter à quelques rues de mes beaux-parents, mais encore là, la situation est compliquée. Comme tu le sais, avec les demandes de distanciation sociale et de #RestezChezVous, bien c’est loin d’être aussi simple comme ça pourrait l’être.

À un moment donné, bien qu’il y ait une pandémie ou non, je sais que je ne pourrai pas y arriver seule. Je vais avoir besoin de moment pour dormir, pour aller marcher dehors en paix, me changer les idées, parce que je peux envisager que de changer de statut de jeune adulte à maman si rapidement, sans support, peut devenir lourd. Pas pour rien que beaucoup de femmes souffrent de post-partum.

À LA CROISÉE DES CHEMINS

Alors, on se retrouve à la croisée des chemins… Je respecte les règles et je risque de me retrouver dans un post-partum et une fatigue plus intense que prévu, ou je permets à une ou deux personnes de mon entourage d’être en contact avec bébé et ainsi de rester quelque peu saine d’esprit… Mais ça vient tout de même avec un gros risque.

C’est tellement injuste d’avoir à prendre ce genre de décisions…

Les mamans qui ont accouché l’an dernier à cette pareille date n’ont pas eu à se demander avec qui leur bébé allait être en contact. Elles n’ont pas eu à présenter leur bébé à leur famille à travers une porte-patio ou un appel Facetime.

Elles n’ont pas eu à commander tous leurs essentiels en ligne, elles ont pu les magasiner avec l’aide d’un expert en boutique. Elles pouvaient avoir accès à une photographe en salle d’accouchement, à une doula et même quelques spectateurs.

Elles ont pu avoir un shower pour leur bébé, faire du cardiopoussette avec d’autres nouvelles mamans, du yoga postnatal en groupe avec bébé… Et nous? RIEN de tout ça.

Parle d’un évènement heureux tourné au vinaigre dans le temps de le dire.

C’est en ces temps pas faciles que je me tourne vers les moms dans les groupes Facebook que je suis pour avoir le soutien, pour partager nos expériences et pour se supporter dans tout ça. On dit souvent que ça prend un village pour élever un enfant… mais le nôtre est malheureusement réduit à l’essentiel; les parents.

Je me dis qu’un jour on pourra regarder vers le passé et se dire que ce n’était pas rien d’avoir donné naissance à un enfant en temps de pandémie. Qu’on aurait dont aimé avoir le soutien et demander l’aide qu’on avait besoin, mais qu’on n’aura pas eu…

Pis qu’on a été plus que des super moms dans cette page d’histoire.

4 commentaires
  1. Ma chère Sacha, Que dire qui pourrait te réconforter à part que votre histoire sera unique et que ton enfant pourra dire plus tard que sa vie est unique et qu’il a commencé fort pour qu’après soit une douce vie… Si tes beaux parents viennent avec les précautions de base et indiquées, il n’a pas de problème vraiment … Tu peux compter sur eux sans hésiter…

    Tout ira pour le mieux… xxx

  2. Je vais raconter ma vie,comme toi le papa travailler énormément, aucune famille ni amie grande solitude ,c’est comme ça…4 ans d essaie bb et miracle ,accouchement ,retour maison,moi bb +un chien un chat ,une fatigue immense craquage ,ma medecin m a dit “vis au rythme de ton enfant “j’ai laisser tombé la finition menage ,le repassage ,préparer des repas facile et surtout montrer à mon chien a marcher a coté d une poussette ,du coups pour aller mieux de longues heures de marche par jours mon bb mon chien et moi ❤tu as en toi des ressources que tu n’imagine mêmes pas ,et pour le retour à la maison ,je te donnes le meilleur conseil qu ‘un médecin m est donné (et crois moi des conseils on m’en a donner 🤣):”C’EST TOI LA MERE C TOI QUI SAIT “.😘❤❤

    1. Merci de partager ton expérience avec moi. Tu m’encourages beaucoup c’est certain que je vais suivre ton conseil. 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tu pourrais aussi aimer