La fameuse pilule contraceptive

On a toutes nos raisons de décider de commencer la pilule contraceptive. On va se le dire, elle est aussi un peu à la mode. C’est quasiment trendy que de dire : « Je prends la pilule ». Dans mon cas, je l’ai commencé lorsque j’avais 15 ans. Je venais tout juste d’avoir mes règles ben en retard la fille et ma mère avait fait le mauvais rêve que j’allais tomber enceinte. Alors avec notre accord, elle nous a amenées, ma sœur et moi, à un rendez-vous chez le doc pour nous faire prescrire la pilule. Si seulement j’avais su ce que je sais maintenant…

Il s’en est donc suivi 12 ans intensifs de prises d’hormones artificielles. Que ce soit par la pilule forte, une moins forte, le ring et etc. Nomme-les, j’ai pas mal tout essayé! J’ai pris ça tous les matins, sans jamais vraiment me poser la question si c’était la bonne chose à faire. Et sans jamais non plus qu’on me précise quelles en seraient les conséquences à long terme.

On nous parle seulement des « bienfaits » sur le moment présent… Intéressant.

Alors après 12 ans sur la pil, c’est en décembre dernier que mon corps a commencé à m’envoyer des signaux bien étranges. Je me suis mise à avoir des sautes d’humeur vraiment intenses. Mes menstruations ont disparu pour ne réapparaitre que très subtilement 1 fois aux 3 mois…

Après avoir évalué les pours et les contres, j’en suis venue à la décision que mon corps devait être nettoyé de tout ça et que je me devais d’écouter ces signaux. Alors, c’est là que j’ai décidé que j’en avais eu assez et j’ai arrêté la pilule.

Et la oufff, les effets secondaires de la pilule m’ont sauté en pleine face. Littéralement. Acnée, mal de tête, cycle menstruel totalement déraillé et saute d’humeur, pour ne nommer que ces quelques effets secondaires, ont pris ma vie d’assaut.

Les 45 jours qui ont suivi l’arrêt de la pilule, j’ai été sur une autre pilule communément appelée Tylenol, pour réduire mes maux de tête que je n’ai que très rarement habituellement. 45 jours de maux de tête intense.

Aujourd’hui je me demande… Mon médecin, avec la face de petite fille de 15 ans qui le regardait, n’a pas eu envie de me parler de ces effets sur le long terme? Des cycles menstruels anormaux de 70 jours, de mon corps qui ne saurait plus comment être au naturel. Ou encore du champ de fraises qui allait me pousser dans le front.

Je comprends que l’aspect premier de la pilule est de nous protéger pour ne pas tomber enceinte…

Mais tout de même, est-ce que j’aurais dû être sur la pilule à 15 ans parce que tout le monde nous disait de l’être? Du haut de mes 27 ans, je peux facilement te dire que non.

Et que dire des 4 dernières années où j’ai été stable au plan personnel et professionnel,  avec un bon emploi et le même petit chum. J’aurais dû l’arrêter bien avant. Maintenant que je prends conscience de tous les ravages que cette pilule a faite sur mon corps, je regrette.

Je regrette tellement. Parce que d’un côté j’essaie de bien manger, de faire de l’activité physique plusieurs fois par semaine et de l’autre côté, je m’injecte des hormones artificielles!?!… #WTF

Alors, à toi qui commences la pilule, ou qui est encore sur la pilule, informe-toi. Dans son petit paquet bi-couleur cette petite pilule-là, de la grosseur d’une lentille, elle en contrôle beaucoup. Beaucoup trop…

Et toi, est-ce que ton système a été chamboulé quand tu as arrêté la pilule?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Tu pourrais aussi aimer