Ce n’est qu’un au revoir…

Texte de Pauline Viaud

Si tu as l’habitude de voyager sur de longues périodes, tu sais que les au revoir sont une étape à vivre, avant et pendant le voyage.

C’est une étape que je n’aime pas ! Pas pour moi, mais pour les autres. Chacun de mes départs représente la réalisation d’un projet, je suis donc heureuse de partir, et je sais que je retrouverai les gens que j’aime plus tard.

Mais je sais que c’est parfois plus difficile pour ceux qui me voient partir et vont ressentir mon absence, alors je freine ma joie et j’essaie de vivre les séparations rapidement. Et puis, très vite, vient le retour !

 

AVANT

Au revoir à la famille, aux amis et aux collègues, au moment du départ.

Tu sais que tu vas les revoir, car c’est de là que tu viens, et tu y reviendras un jour, mais il s’en sera passé des choses entre-temps !

Quelques semaines (et même quelques mois, car le temps passe tellement vite) avant le jour J, j’essaie de passer le maximum de temps avec mes proches : fêtes, moments privilégiés, repas… Les instants les plus émouvants sont quand même le dernier câlin à ma petite mamie et à ma nièce avant un grand voyage.

Ces au revoir officialisent aussi ton départ, ça y est, tu es lancée ! Je suis à chaque fois tellement heureuse de vivre mes petites aventures que je regarde vers l’avant, et pas vers l’arrière.

Et puis aujourd’hui, c’est facile de donner des nouvelles ! J’avoue que je suis assez connectée et que grâce aux réseaux sociaux et à mes blogues, la séparation n’est que physique puisqu’on reste en contact fréquent !

PENDANT

Les rencontres entre voyageurs sont nombreuses pendant ces plusieurs semaines/mois de voyage. On vit des choses fortes ensemble. Mais après plusieurs jours ou semaines, il vient un moment où les chemins se séparent.

Bien que je n’aime toujours pas ce moment : celui où tu jettes ton amie à l’aéroport ?, certaines s’en souviendront, je vis sereinement ces séparations, car je sais que ce que nous avons vécu est unique, ne pourra être effacé, et que si nos chemins doivent se croiser à nouveau, ils se trouveront !

Et puis se revoir sera l’occasion d’un nouveau petit voyage, en France ou dans les pays frontaliers, c’est donc une chouette future perspective !

LES PETITS MOTS DOUX

Comme je n’aime pas éterniser le moment des séparations, je pars en général assez vite, mais je laisse des petits mots ! Avec ma mère c’est même devenu un petit rituel, elle sait qu’elle trouvera un message sur son bureau où je lui écris ce que je ne lui dis pas ?

Pour les autres personnes avant, pendant et après le voyage : petits mots cachés, cartes postales, articles du blogue, j’écris et je communique pour leur dire tout ce qu’elles m’apportent et combien leurs messages sont précieux.

Des relations épistolaires se sont même créées à ces occasions, ce fut une belle surprise. Le prétexte de l’aventure nous amenait à échanger sur plein d’autres sujets.

ON TE MANQUE ?

Quelle question bizarre !

Mes premières années de voyage, je n’ai pas ressenti de manque. Je vivais des choses intenses et faisais de très belles rencontres. Je ressentais pour la première fois un sentiment d’intense liberté.

Mais cela ne m’empêchait pas de penser à mes proches ! D’essayer de suivre leur quotidien, même de loin, et de donner des nouvelles, plus complètes que les posts idylliques sur les réseaux sociaux ?

Aujourd’hui, après près de trois ans loin des miens, je ressens plus un besoin de vivre physiquement des moments avec eux. Entre ma famille, ma belle-famille et mes amis, j’ai envie de retrouver toute cette petite tribu !

Je veux voir grandir tous les petits loulous qui m’entourent, et voir vieillir les moins jeunes. Je reviendrai donc habiter près de ma région natale, mais pas trop quand même, hein ! J’ai trop besoin de mon indépendance. ?

AU RETOUR, SAME SAME ?

Same same but différent ! Comme on entend dans certains pays asiatiques ?

On parle de proches, mais après une longue absence, l’amour et l’amitié sont-ils toujours là ?

Cela dépend des relations ! Lors de mon retour en 2017, j’ai retrouvé certaines personnes comme si je les avais quittées la veille, sans gêne ni blanc, juste le plaisir de se retrouver.

Dans d’autres relations, cela fut plus difficile. Nous avions évolué différemment pendant cette année et demie, et l’écart n’a pu être rattrapé.

Pour les autres, les beaux liens ne se brisent pas pendant que l’un parcourt le monde. Ils s’étirent et on se retrouve avec beaucoup de plaisir lorsque le moment est arrivé ?.

PARTAGER UN BOUT DE CHEMIN

Ton voyage peut aussi être l’occasion pour ceux qui le souhaitent de venir te retrouver à l’autre bout de monde ! C’est l’occasion de découvrir un autre univers, partager des moments forts et te voir dans ton élément ! Des souvenirs inoubliables en perspective.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Tu pourrais aussi aimer